DECOUVERTE DES LIEUX ET PATRIMOINES :

LA PRESQU’ILE DE QUIBERON :

La Presqu’île de QUIBERON est un écrin pour une multitude de découvertes que nous vous proposons de parcourir avec nous.
La nature est très riche tant en sites remarquables qu’en plantes particulières.
Quant à l’histoire on y traverse les siècles en faisant quelques pas…
Nous proposons plusieurs balades selon le goût du public concerné.
Pendant les périodes de vacances il est possible de découvrir à pied la Flore Dunaire et la Vie de l’Estran à la Pointe de Conguel. Il est possible de faire un voyage en préhistoire aussi bien à Saint Pierre Quiberon qu’à Quiberon.
Il est aussi possible de faire une promenade autour de l’architecture et dans l’histoire (la grande et la petite) mais à bicyclette pour pouvoir circuler un peu plus loin en trois heures.
Il y a encore la possibilité de suivre les Récits de Naufrages ou les Légendes de Quiberon et de la Mer…

La période mégalithique nous a laissé des vestiges fort intéressants et pour certains très particuliers.
Ici les alignements de Kerbourgnec en Saint Pierre Quiberon.

L’époque gauloise compte elle aussi de nombreux témoignages dans la Presqu’île mais, malheureusement, beaucoup ne sont plus réellement visibles.
Ici l’éperon barré de Beg En Aod en Saint Pierre Quiberon qui est le véritable village de notre plus célèbre gaulois : ASTERIX.

Juillet 1795 c’est l’épisode tragique de la courte contre révolution avec le débarquement des émigrés à Carnac et leur anéantissement à Quiberon.
De nombreux vestiges de cette époque et de cette tragédie sont encore visibles sur la Presqu’île.
Ici la Statue du Général HOCHE qui commémore la victoire de ce dernier mais souligne aussi l’attachement du Maire de l’époque aux valeurs de l’Etat dans l’épisode de la séparation des pouvoirs entre l’Eglise et l’Etat.

Les guerres du XXème Siècle ont aussi marqué la vie de la Presqu’île et laissé des traces comme le massacre des Résistants dans la Fort Penthièvre en juillet 1944.
Ici la nouvelle borne du GUERNIC à la Gloire des Mères américaines qui ont sacrifié leurs fils pour la liberté de l’Europe en 1918.

QUIMPER :

QUIMPER grande ville proche (2 h) nous offre une multitude d’intéressantes promenades que ce soit au bord de l’Odet, le long de ses remparts, au cœur des vieux quartiers, autour de ses célèbres faïenceries ou encore au pied de la magnifique Cathédrale Saint Corentin, sans oublier le Roi Gradlon, sa fille Dahut et la disparition de la ville d’YS.

CONCARNEAU :

La découverte de la ville de Concarneau est une aventure passionnante entre la promenade des remparts de la ville close et la visite de son superbe musée de la pêche.

PONT AVEN :

La cité des Peintres nous offres de magnifiques points de vue le long de l’Aven.
Ces nombreuses galeries donnent un regard différent sur la sensibilité des différents artistes.

N’oublions pas que Pont Aven fut la cité des moulins et que la ville est aussi la célèbre cité des galettes, les « TRAOU MAD » ou bonnes choses…

LORIENT :

Ville moderne LORIENT nous offre malgré tout une multitude de découvertes qui peuvent faire l’émerveillement de tous, petits ou grands.

Aux abords de LORIENT, le long du Blavet, second fleuve breton, il est possible d’admirer à marée basse et à marée haute (pourquoi se priver d’un plaisir quand on peut le multiplier) le cimetière à bateaux du Pont du Bonhomme ou dorment ces grands thoniers en bois de l’entre deux guerres…

Il nous paraît essentiel ensuite de découvrir les différents ports de LORIENT. N’appelle-t-on pas cette ville la ville aux cinq ports.
Celui très impressionnant de Kergroise : le port de commerce avec ses pétroliers, ses vraquiers céréaliers et divers autres transports transocéanique.

La découverte du port de pêche et des activités de la criée nécessitera de se lever très tôt si l’on veut voir une réelle et captivante activité.

Avec le port à passagers et la desserte des îles il restera à voir tout au long du quai TABARLY le port de plaisance.
N’oublions pas non plus les restes énormes des blockhaus de la Base Sous Marine construite par les Allemands en 1941 et 1942 et qui conduisit à la destruction complète de la ville par les bombardements alliés.

PORT LOUIS :

Sur l’autre rive du Blavet ou de la rade de Lorient il faut visiter la Citadelle de PORT LOUIS qui date de Henri IV et de Louis XIII et qui a rythmé la vie de la ville.
Outre les remparts de la ville parfaitement conservé, le tour de la Citadelle qui offre de multiples découverte ; la visite des différents musées qu’elle renferme apportera un jour nouveau sur notre vision de la mer…
(Musée de la Compagnie des Indes, Musée de la Marine, Musée du Sauvetage en mer….)

ERDEVEN :

ERDEVEN possède deux facettes tout aussi importante l’une que l’autre.
Le coté mégalithes tout d’abord.
Il nous offre un alignement magnifique avec quelques deux géants superbes.
Par ailleurs plusieurs beaux dolmen qu’il faut absolument voir.

Le coté mer avec de grandes plages très fréquentées en été bordées par une longue dune fort riche d’espèces multiples et originales.

LA TRINITE SUR MER :

La TRINITE SUR MER c’est le travail et le plaisir cote à cote, séparés seulement, pourrait-on dire, par un pont.
D’un côté du pont de Kerisper le monde de l’ostréiculture. De l’autre le port de plaisance, l’un des plus important de Bretagne sud.

Le monde ostréicole est très vivant à la TRINITE. Il est possible d’observer le grand nombre de barges ostréicoles qui ondulent les unes à côté des autres d’un coté du pont et quelques centaines de mètres plus loin les chantiers, les tuiles, les tables… Autant d’éléments qui montre que l’activité se poursuit tout au long de l’année.

Jouxtant le port de plaisance, le port de pêche et l’école de voile.
La vedette de sauvetage de la Société Nationale de Sauvetage en Mer dont l’équipage est composé de bénévoles qui consacrent leur temps à sauver de nombreuses vies.

CARNAC :

CARNAC possédait au siècle dernier un marais salant. C’est au fond de l’ancien port de Port Andro que partait le canal d’alimentation du marais en eau de mer.

VANNES :

VANNES est une très vieille ville qui garde de nombreux témoignages de ce long parcours dans notre histoire. Le centre ville, en partie piéton, est un livre d’images que l’on ne se lasse pas de feuilleter.
Ici les deux statuts symboles de la ville, VANNES et sa femme.

Les remparts sont anciens. La partie en briques de cette photo date de l’époque gallo-romaine (à cette époque la ville s’appelait DARIORITUM) qui a suivi la période gauloise du temps de Vénètes. 

Les vieux lavoirs qui ont été construits le long de la Marle viennent d’être restaurés 

Devant le château de l’Hermine, sur les bords de la Marle, de superbe jardins.
Parmi la décoration florale de ces jardin l’hermine : l’emblème de la Bretagne et de la Duchesse Anne. 

   

VANNES possède en de nombreux lieux de très belles maisons à colombages.

GOLFE DU MORBIHAN :

Le Golfe du Morbihan (la petite mer).
Notre département est le seul département français à porter, et cela dès l’origine, un nom en langue étrangère : le Breton.

Le Golfe est un lieu à la fois magnifique, romantique et légendaire.
Il offre des spectacles à couper le souffle en toutes saisons.
Il possède de très nombreuses îles. Autant d’îles et d’îlots, dit-on, qu’il y a de jours dans une année… 

En réalité 64 ce qui est déjà beaucoup et parmi elles, la plus grande, l’île aux Moines. 

GUERANDE :

 

GUERANDE, la cité des Ducs de Bretagne, une charmante petite ville close avec une très belle collégiale est appelée la cité blanche à cause de ses marais salants qui produise un sel gris plein de saveurs qui nous laisse dans la bouche des goûts originaux.

N’oublions pas, très proche, le grand marais d’eau douce, uniquement alimenté par l’eau de pluie : la Grande Brière.

PONTIVY :

 

NAPOLEONVILLE, ville centrale de la Bretagne qui fut le lieu ou Napoléon III créa un centre de Gendarmerie destiné à surveiller l’ensemble de la région Bretagne en laquelle il n’avait guère confiance.
Cette cité nous offre aujourd’hui un magnifique château féodal appartenant à la famille de Rohan.
La ville est traversée par le Blavet et le Canal de Nantes à Brest. Ce canal, voie navigable unissant les deux extrémité de la Bretagne, voulu par Napoléon 1er qui le destinait au transport des marchandises qui ne pouvaient l’être par la mer en raison du blocus anglais a été achevé bien plus tard et nous offre aujourd’hui de superbes balades à pied le long de l’ancien chemin de hallage…

JOSSELIN :

 

Belle cité de l’intérieur dans un écrin de verdure la ville nous offre en bordure de l’Oust un magnifique château appartenant encore à la famille des ducs de Rohan.
A l’extérieur il nous présente la façade austère d’un château fort moyen âgeux.
A l’intérieur une magnifique façade en granit très ouvragé montrant l’art des artisans de l’époque renaissance en Bretagne.

MORBIHAN INTERIEUR :

Le Morbihan de l’Argoat peut s’enorgueillir de quelques cités offrant une multitude de curiosités fort intéressantes.

LE FAOUET, la ville du hêtre, avec ses chapelles de toute beauté et ses magnifiques halles à charpente de bois.

GHEHENNO : C’est un petit village niché dans la verdure qui nous offre l’un des plus beau calvaire du Morbihan.

DECOUVERTE NATURE : FLORE ET FAUNE

LE LITTORAL :

La découverte des milieux naturels du Morbihan c’est se plonger dans une formida-ble encyclopédie des mondes de la flore et de la faune.
Les milieux sont particulièrement variés : plages, dunes, estrans, marais, bocages, forêts, cours d’eau…
Ils ont aussi l’avantage d’être accessibles par tous c'est-à-dire les uns à proximité des autres…
Nous offrons une découverte diversifiée, pas en une seule visite mais un suivi permettant une entrée plus sérieuse dans le milieu étudié, une approche différente par la découverte sur le terrain mais aussi par un travail complémentaire (vocabulaire, expérimentations…)

La découverte du littoral c’est en premier lieu la découverte de la côte.
Comment s’est-elle formée, quelle est sa nature, comment évolue-t-elle ???
Autant de questions que l’on peut se poser et pour lesquelles nous apportons une réponse.

La découverte du littoral ce sont les différentes côtes : plage battue ou abritée, côtes rocheuses exposées ou à l’abri, vasières, embouchures…
Autant d’éléments différents qui offrent chacun des particularités à observer avec une attention toute particulière…

C’est aussi la découverte des utilisations et des aménagements qui y ont été apportés par l’homme au cours des siècles.
Pourquoi un port de pêche ou de commerce à tel endroit ?
Pourquoi des résidences pieds dans l’eau dans tel autre ?
Pourquoi des ports de plaisances, des digues, des aménagements divers ???
Pourquoi enfin garder des zones naturelles et préservée ?
Se pencher aussi sur l’exploitation de la mer elle-même : ses ressources animales et végétales, des ressources minérales…

L’ESTRAN :

L’estran est cette zone qui se découvre à chaque marée basse.
Lorsque la mer se retire ce milieu qui nous apparaît se révèle fort riche dans les domaines de la flore et de la faune.
Ici ces fleurs animales que sont les anémones toujours impressionnantes par leur forme et leurs couleurs.

L’espace est restreint et les places sont chères.
Chacun, végétal ou animal, défend sa place selon ses moyens.
Ici des Troques défendent leur espace vital face aux Balanes envahissantes.

Dans les flaques qui demeurent après le retrait de la mer se cache une vie multiple et très diverse comme les crustacés (ici crabe vert) et de multiples petits poissons qui attendent avec impatience le retour de la marée haute…

LA DUNE :

La dune est un milieu très riche au niveau de la flore.
De très nombreuses espèces se côtoient dans un milieu hostile ou la lute contre le manque d’eau, contre le vent, contre les embruns et contre les brûlures du soleil est permanente.
Et pourtant, dès que l’on est sur la plage on peut découvrir les premières plantes qui colonisent temporairement ce milieu. Plus on avance sur le milieu végétal plus on découvre d’espèces et plus on peut observer les différentes adaptations que les plantes développent pour pouvoir survivre dans de tels conditions.

L’observation de cette flore variée est passionnante pour tous les publics.
Nous offrons des visites découverte en toute saison pour les publics scolaires de tout âge pendant les périodes scolaires. Dans ce domaine nous proposons notamment de découvrir la dune aux quatre saison pour que les enfants puissent constater les variations d’une saison à l’autre. Bien sur ces trois ou quatre visites doivent être conduite à chaque fois dans le même lieu.
Pour les publics adultes et familiaux nous offrons des promenades de découvertes pendant les vacances scolaires…

LA FORET :

 

Il est important aussi dans ce domaine de découvrir la forêt, ou le bois proche de l’école à l’automne, en hiver et au printemps.
Il est ensuite possible de faire un déplacement plus important en fin d’année à la découverte d’une vrai forêt en privilégiant au choix la forêt et le bûcheronnage ou la forêt et les légendes…

HISTOIRE DES LIEUX :

LE MEGALITHISME : 

La civilisation mégalithique a laissé de très nombreuses traces dans la région proche.
Nous pourrons découvrir les grands sites historiques : CARNAC, LOCMARIAQUER, ERDEVEN, la Presqu’île de QUIBERON…
Quels sont aujourd’hui nos connaissance sur cette civilisation et que signifie ces imposantes constructions.

Nous proposons une découverte des différents types de construction : menhir, dolmen, allée couverte, cromlec’h, cairn, alignement, éperon barré, tumulus…
Comment taillait-on ces pierres, comment étaient-elles transportées, comment étaient-elles mises en place ? ? ?

LES GAULOIS :

Les Gaulois, en l’occurrence, chez nous, les Vénètes, ont laissé eux aussi de nombreuses traces de leur vie dans la Presqu’île.
Sur l’île TINIC on retrouve des coffres gaulois (tombes). 

A la pointe de Beg En Aod, au début de la côte sauvage, il est possible de voir les restes d’un éperon barré Vénètes que l’on peut comparer au fameux village des irréductibles gaulois parmi lesquels Astérix et Obélix.

Au musée de QUIBERON il est possible de voir une stèle gauloise qui a été découverte dans le village de Kerné.

LA COMPAGNIE DES INDES :

La rade de LORIENT nous offre une multitude de découvertes dans le domaine de notre histoire, la principale étant, bien sûr, celle de la Compagnie des Indes que l’on peut observer tant à Lorient qu’à Port Louis.

Le Musée de la Compagnie des Indes dans la citadelle du Port Louis nous montre les différents navires qui au départ de Lorient se sont élancés à la conquête des mers à la recherche des épices tant attendues chez nous.

Tout autour de Lorient, une multitude de forts construits au XVIII ème siècle pour défendre le port de la Compagnie des Indes. Du fort Bloqué, au fort du Loch en passant par le fort Penthièvre et celui de Gavres entre autres.

1795 :

1795 :Quiberon aura été le lieu de la tragique contre révolution de 1795.
Il nous reste de nombreuses traces de cette époque.
Le Fort Penthièvre, par exemple, conquis sans résistance par les chouans et émigrés puis repris dans la nuit du 20 juillet 1795 par le Général MENAGE pour permettre à Hoche de rentrer sur l’île de Quiberon au matin du 21 juillet.



A Port Haliguen un monument pyramidal commémore la victoire de Hoche sur les émigrés et les Chouans au Fort Neuf en fin de journée le 21 juillet 1795.

LA SECONDE GUERRE MONDIALE :

 

LORIENT et sa Base Sous Marine était un point stratégique d’importance pour les Allemands.
Tout autour de multiples blockhaus protégeaient l’accès de la base (ici un blockhaus sur la côte sauvage de Quiberon).

RECITS de NAUFRAGES :

 

La côte de la Presqu’île et ses nombreux récifs ont été le lieu de très nombreux naufrages tout au long des siècles.
Nous racontons ces naufrage à la Pointe de Beg Er Vil tous les lundis et vendredis soir à 21 h tout au long de l’été.
Ces récits de naufrage peuvent aussi se faire en tout lieu convenu en intérieur ou en extérieur.

LEGENDES de la PRESQU’ÎLE et de la MER, des BOIS ET des FORETS :

Tous les étés nous proposons des légendes de Quiberon et de la mer sur la côte sauvage au lieu dit « le GUERGUERIT ».
Nous proposons ces légendes pour des réunions de famille ou amicales.
Ces légendes peuvent être contées en intérieur ou sur les lieux même sur la côte.
Nous avons aussi des légendes des bois et forêts.